Trop gros pour courir

Podcast sur l’expérience de Vincent Machet, auteur de « trop gros pour courir« .

Un livre qui questionne les normes, une personne qui s’est trouvée ses propres normes en référence au patient philosophe Philippe Barrier qui porte l’idée du patient auto-normatif en prolongement des travaux du médecin philosophe Georges Canguilhem sur « le normal et le pathologique ».

L’entretien est mené par une patiente partenaire avec le CI3P, diplômée du Diplôme universitaire Art du Soin en partenariat avec le patient. Le podcast a été réalisé le 17 mai 2024. Ce podcast a été réalisé au cours d’une journée consacrée à la question de la grossophobie.

Santé des Femmes avec elles

2ème des 4 webinaires sur la santé des femmes, avec elles, et des 3 mis en ligne, ce webinaire hybride organisé à la faculté de médecine et accessible sur Internet est réalisé avec Martin Winkler à partir d’une médiation artistique dont l’oeuvre est un extrait d’un des premiers épisode de la série Urgence, « ER ».
2ème des 3 webinaires sur la santé des femmes, avec elles, ce webinaire que nous avons intitulé  » Se soigner avec les bandes dessinées » à partir de la bande dessinée  » Endogirls » de  Violette SuquetNathalie André avec la présence de Martin Winckler. Un webinaire animé, modéré par une patiente partenaire en cours de formation en mai 2024 menant au Diplôme Universitaire « Art du Soin en partenariat avec le patient », Alexandra Sonntag Ray

3ème webinaire réalisé le 17 mai 2024, mis en ligne en podcast sur l’expérience de Vincent Machet, auteur de « trop gros pour courir« .

Un livre qui questionne les normes, une personne qui s’est trouvée ses propres normes en référence au patient philosophe Philippe Barrier qui porte l’idée du patient auto-normatif en prolongement des travaux du médecin philosophe Georges Canguilhem sur « le normal et le pathologique ».

L’entretien est mené par une patiente partenaire avec le CI3P, diplômée du Diplôme universitaire Art du Soin en partenariat avec le patient. Le podcast a été réalisé le 17 mai 2024. Ce podcast a été réalisé au cours d’une journée consacrée à la question de la grossophobie.

Micro édition

Depuis 2022, suite à des ateliers d’écriture inspiré de la médecine narrative prolongeant des espaces pédagogiques à médiation artistique, une micro édition a été crée par Marion Gillet, responsable de communication des CI3P et DERMG dont voici les exemplaires produits depuis le printemps 2022.

Le CI3P et la MMC se sont associé ainsi à la troupe de théâtre Mi Fugue Mi raison le 17 octobre 2022 à partir de leur spectacle Speculum composé d’une oeuvre théâtrale suivi d’un débat avec des patientes citoyennes partenaires pour proposer tant aux étudiants de l’université qu’à l’ensemble des citoyens intéressés ce moment de rencontre à partir de l’Art

ACCEDER À LA MICRO EDITION QUI PUBLIE LES ECRITS DE L’ATELIER INSPIRE DE LA MEDECINE NARRATIVE

En 2023, dans le prolongement de concerts Art en partage organisé par la Maison de la Médecine et de la Culture (MMC) et du Centre d’Innovation du partenariat avec les patients et le public (CI3P), des ateliers inspirés de la médecine narrative ont permis une seconde micro édition présentée ci-dessous

Grossophobie

JEUDI 12 OCTOBRE À 19 HEURE

à l’amphithéâtre Le Galet du Centre Hospitalo Universitaire (CHU) Pasteur 2 de Nice

Ciné-débat à partir du film-documentaire
ON ACHÈVE BIEN LES GROS
de et avec Gabrielle Deydier, sur la thématique des obésités et de la grossophobie 

La conclusion du livre Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible de Solenne Carof, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021 propose 7 mesures pour lutter contre la grossophobie qui sont résumées ci-dessous (et qui ne sont pas les seules possibles) :

  1. Etablir « la corpulence » comme critère de discrimination spécifique au sens juridique.
     
  2. Visibiliser dans les médias, comme le fait le fat activism à son échelle, les personnes ayant des corporalités diverses pour lutter contre les représentations uniformes de la beauté actuelle (personnes jeunes, blanches, minces, dans les normes). L’obésité concerne environ 17% de la population.
     
  3. Proposer des formations aux professionnel.le.s de santé sur la complexité des causes de l’obésité et sur l’impact de la grossophobie (déjà mises en œuvre avec des militant.e.s et associations de patient.e.s). Nous ajoutons avec des patient.e.s partenaires.
     
  4. Proposer un accompagnement psychologique, une lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, proposer des activités de pouvoir d’agir, d’empowerment (bien-être, activité physique adaptée, mise en beauté, échanges conviviaux…)
     
  5. Développer la recherche en cours et informer sur le caractère multifactoriel de la surcharge pondérale. Différencier surpoids et obésité.
     
  6. Améliorer l’accessibilité à des informations fiables, développer les ateliers de cuisine et les espaces de réflexion collective autour des pratiques alimentaires, ouvrir des piscines, salles de sports, espaces d’activité physique avec des équipements adaptés au personnes très grosses.
     
  7. Lutter contre la précarité et contre la publicité autour des régimes

Avec la participation de :

  • Gabrielle Deydier, écrivaine et documentariste. Elle a écrit On ne naît pas grosse en 2017. Elle participe au podcast « Place aux gros » en 4 épisodes, LSD, la série documentaire sur France culture en 2019. En 2020, elle réalise avec Valentine Oberti et Laurent Follea le film-documentaire On achève bien les gros diffusé sur Arte.
     
  • Valentine Oberti, co-réalisatrice du film « On achève bien les gros » et journaliste à Mediapart (sous réserve)
     
  • Faredj Cherikh, psychiatre des hôpitaux, référent de l’accompagnement psychologique de l’obésité et de la chirurgie bariatrique, chef du service d’addictologie, L’archet, CHU Nice
     
  • Caroline Blanco, ayant suivi le programme CERES à Nice (Hôpital de jour d’accompagnement de patient.e.s vivant avec l’obésité ou le diabète), patiente partenaire formatrice avec le CI3P, diplômée du DU Art du soin en partenariat avec le patient de la faculté de médecine de Nice (sous réserve)
     
  • Florence Liguori, ayant suivi le programme CERES à Nice (Hôpital de jour d’accompagnement de patient.e.s vivant avec le diabète, l’obésité)
     
  • Brigitte Joinnault, enseignante-chercheuse en études théâtrales, dramaturge, groupe de recherche Théâtre & Transition, Université Côte d’Azur
     
  • Olivia Lucidarme, artiste dramatique, Compagnie Demi-Lune, Diplômée du master Arts du spectacle – Université Côte d’Azur
     
  • Eve-Marie Garcia, étudiante du Master Arts du Spectacle, Université Côte d’Azur
     

Brigitte Joinnault, Olivia Lucidarme et Eve-Marie Garcia joueront des extraits de la pièce Mon Cœur de Pauline Bureau, en ouverture d’un atelier d’écriture participatif, inspiré de la médecine narrative, dans la seconde partie de la soirée.

  • La Librairie Les Parleuses accompagnera la signature de Gabrielle Deydier pour son ouvrage On ne naît pas grosse, 2017, Editions Goutte d’Or
     

Co-organisation CHU Nice, PACO (Parcours chirurgie obésité en PACA), ARS, CERES, MMC, CI3P, DERMG, UCA (Cellule égalité et diversité, Master Arts du spectacle), Ville de Nice, Librairie Les Parleuses.

PAF 10 euros (5 euros étudiant.e, retraité.e, sans emploi) réservation ici

Les évènements MMC permettent l’obtention de points d’apprentissage personnalisés (ex-crédits complémentaires) pour les internes de médecine générale (DERMG) avec attestation sur demande.

Magic medicine

VENDREDI 6 OCTOBRE À 19h à Nice,
au Galet du Centre Hospitalo-Universitaire (CHU) Pasteur 2

Rencontre-Ciné-débat à partir du film-documentaire
MAGIC MEDICINE sur le thème de la transe dans le SoIn

Un évènement co-organisé par l’équipe pédagogique et un médecin diplômé en 2023 du DU (diplôme universitaire) « Art du Soin en partenariat avec le patient » en ligne, de l’Université Côte d’Azur UniCA, une association citoyenne en santé Maison de la Médecine et de la Culture, le Centre d‘Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P), toutes deux membres de l’Alliance sans frontières pour le partenariat avec les patients et le public, et le Centre Hospitalo-Universitaire de Nice.

Avec la participation de :


Faredj Cherikh, psychiatre des Hôpitaux, chef du service d’addictologie, L’archet, CHU Nice


Kenza Bouredji, médecin oncologue au centre hospitalier d’Antibes, diplômée de « médecine, méditation et neurosciences » de l’Université de Strasbourg. Anime des ateliers de méditation en pleine conscience au Centre Antoine Lacassagne de Nice


Nancy Midol, Maître de conférences, chercheuse associée au laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitive et sociale, Université Côte d’Azur. Elle a écrit notamment Ecologie des transes en 2010 et La conscience dans tous ses états en 2009 avec Sébastien Baud.        


Marina Tomé, actrice, autrice et metteuse en scène, qui partagera son expérience de patiente dans l’utilisation des techniques de transe (notamment la transe cognitive auto-induite TCAI)


Aurélie Selvi, journaliste Solutions au sein de la rédaction Web de Nice Matin. Elle associe ses lecteurs au choix des sujets. Elle a rencontré Kenza Bouredji (cf article) et les personnes impliquées dans le DU Art du soin en partenariat avec les patient, dans l’équipe pédagogique ou en tant qu’étudiants (cf article

Julien Pernot, médecin pneumologue hospitalier à Chambéry – Aix les Bains, coordonnateur du centre de réadaptation respiratoire, formé à la TCAI, titulaire du DU « Études des transes et des états de conscience modifiés », ayant suivi le DU Art du soin en partenariat avec le patient en ligne conclu en juin 2023 dont la co-création de cette séance correspond au projet à impact social préparé pendant ce DU.  

Accueil 18h30 – 19h
PAF 10 euros (étudiant 5 euros) réservation ici

Concerts de piano de personnes vivant avec handicap

Dans son ouvrage Le patient autonome, Philippe Barrier souligne ce que dit AnneLyse Chabert  pour qui : Le handicap apparaît comme « une économie des possibles », où la personne qui en est atteinte peut se montrer capable « non pas de se concentrer sur ce qu’elle n’a pas mais sur ce qu’elle a », pour en mesurer le caractère précieux et développer une inventivité et une énergie qui lui permettent de faire fructifier au mieux ses instruments de vie… Cette frontière entre le « je peux » et le « je ne peux pas » est aussi fonction de l’accueil que la société fait au handicap ; or « le monde social n’attend pas la personne handicapée, loin de s’y conformer, il la rejette, lui est hostile a priori. Ce faisant, non seulement, la société exclut et malmène de nombreux individus, mais elle perd aussi des trésors d’inventivité, des possibilités d’innovation et des ouvertures éthiques capables de transformer une société du lien humain, de la confiance réciproque, une société normative et harmonieuse. (voir le webinaire de la série les nouvelles figures du patient contemporain, avec lui en cliquant ici)
 
L’objectif de ces 2 séances est de nous interpeller chacune, chacun sur notre regard sur le handicap, sur la vie avec le handicap.

1er programme samedi 23 septembre à 19h30

(Voir les détail logistiques en cliquant ici)

 
Beethoven     Sonate « Clair de lune »

Smetana        – Mélancolie op.5 no.2.        

                      – Prélude op.4 no.1.            
                      – Pensée  fugitive (1845)   
                      – Vltava ( la Moldau)  poème symphonique  (transcription par Kotaro Fukuma),
Schumann      2eme sonate op.22
Louis Vierne     4 préludes 
Félix Blumenfeld   étude op.36 pour la main gauche seule 
Pierre Sancan    Caprice romantique pour main gauche seule

2ème programme dimanche 24 septembre à 14h30

Art en Partage, Nice

Beethoven     Sonate « Clair de lune »
Smetana        – Mélancolie op.5 no.2.        
                      – Prélude op.4 no.1.            
                      – Pensée  fugitive (1845)   
                      – Vltava ( la Moldau)  poème  symphonique  (transcription par Kotaro Fukuma)
Saint-Saens   Elégie op.135 (extraite des Etudes op.135) pour la main gauche seule 
Donizetti /Leschetizky   andante finale op.13 (d’après l’opéra Lucia di Lammermoor)
Pierre Sancan   Caprice romantique pour la main gauche seule 
Demis Visvikis   Interstices  pour main gauche seule (composé pour Jean Dubé)